La chirurgie réfractive

Qu'est-ce que la chirurgie réfractive ?

La chirurgie réfractive est l’ensemble des interventions ophtalmologiques permettant de corriger certains défauts optiques afin de ne plus porter de lunettes ou de lentilles de contact.

Cette chirurgie est un choix individuel. Elle ne saurait jamais être imposée. Elle nécessite un bilan préopératoire complet et une information objective, claire et intelligible quant à ses possibilités et à ses limites.

DÉFAUTS CORRIGÉS PAR LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE

Les différents défauts corrigés par la chirurgie réfractive sont : 

  • La myopie : La myopie est un trouble de la vision très courant, dont les symptômes impliquent que la vision éloignée du patient est floue.

 

  • L’hypermétropie : L’hypermétropie est un trouble de la vision dû à l’inéquation de la puissance de l’oeil par rapport à sa longueur. Les symptômes de l’hypermétropie amènent le sujet à voir des objets proches flous. 

 

  • L’astigmatisme : L’astigmatisme est un défaut de la vision qui se caractérise par des images reçues sur la rétine qui sont floues et manquent de netteté, quelle que soit la distance à laquelle se trouvent les objets observés. 

 

  • La presbytie : La presbytie est un trouble de la vision qui se développe avec l’âge. Le vieillissement du cristallin rend difficile la focalisation de la vision, notamment pour lire ou effectuer un travail de près. 

           

        

DIFFÉRENTES TECHNIQUES

Il existe 4 techniques possibles de chirurgie réfractive : 

  • Les interventions par LASIK
  • Les interventions par PKR
  • Les interventions par PRELEX
  • Les interventions par ICL

LES INTERVENTIONS PAR LASIK

Il s’agit d’une technique de chirurgie ophtalmologique mise au point dans les années 80 et améliorée constamment depuis.

Elle consiste à découper une fine partie de la cornée pour permettre à un laser de remodeler avec une grande précision la courbure cornéenne.

La qualité et la sécurité de l’intervention sont accrues par l’utilisation du laser femtoseconde pour réaliser la découpe du volet superficiel de la cornée.

Utilisation et avantages du Lasik

  • Le lasik est la technique faisant référence pour les interventions de chirurgie réfractive liées à la myopie, mais aussi pour les interventions destinées à corriger les autres anomalies que sont l’hypermétropie, l’astigmastisme ou encore la presbytie.
  • La durée des interventions de chirurgie réfractive réalisées dans notre clinique de Bordeaux est très courte (une vingtaine de minutes), et celles-ci nécessitent simplement une anesthésie locale. Aucune suture n’est nécessaire.
  • Les deux yeux peuvent être opérés en même temps.
  • La récupération est très courte : il est possible dans la plupart des cas de reprendre le travail après quelques jours.

Contre-indications

  • La cornée du patient doit être suffisamment épaisse. Les rendez-vous pré-opératoires avec le chirurgien ophtalmologique permettent de déterminer si c’est le cas ou non.
  • Les maladies chroniques de la cornée telles que le kératocône font partie des contre-indications, tout comme le glaucome avec atteinte du champ visuel ou encore la cataracte.

Complications possibles

  • la qualité des résultats des interventions de chirurgie réfractive ne peut jamais être garantie, car elle dépend fortement de la capacité du patient à bien cicatriser.
  • Les complications sévères sont très rares. Une correction complémentaire ou une ré intervention peuvent parfois être nécessaires en cas d’imperfection de résultat ou d’inflammation post opératoire.
  • L’infection reste la complication la plus redoutée mais néanmoins rare
  • Des anomalies de réalisation du volet, ou un déplacement secondaire de celui-ci peuvent aussi arriver, ce qui rend une remise en place chirurgicale nécessaire.

LES INTERVENTIONS PAR PKR

La photokératectomie réfractive est une correction de surface apportée par un laser EXCIMER à la surface du stroma, après retrait de l’épithélium. Le stroma est la couche de cellules située sous l’épithélium.

La correction, qui a pour objectif de remodeler le profil de la cornée, est donc délivrée sur la partie superficielle du stroma, et l’épithélium repousse ensuite en quelques jours.

Utilisation et avantages de la PKR

  • Les interventions par PKR sont principalement utilisées pour soigner la myopie faible ou moyenne mais permettent aussi de soigner l’hypermétropie et l’
  • Dans le cas de la myopie, le stroma sera remodelé au centre afin de rendre les rayons kératométriques plus plats.
  • Pour soigner l’hypermétropie, le stroma sera modelé grâce au laser excimère sur sa périphérie.
  • Cette technique est utilisée à la place du Lasik notamment chez les patients dont les cornées sont fines ou présentant ds cicatrices cornéennes

Contre-indications

  • Comme pour les interventions par Lasik, les maladies chroniques de la cornée telles que le kératocône sont des contre-indications formelles. Les kératites herpétiques sont également des maladies qui peuvent entraîner des complications après les interventions par PKR.
  • Une topographie cornéenne et/ou une mesure de l’épaisseur de la cornée pourra être effectuée dans un de nos centres à Bordeaux afin de poser un diagnostic préopératoire adapté et de confirmer votre éligibilité à cette technique.

Complications possibles

  • La douleur post-opératoire peut durer jusqu’à 48 heures après l’intervention et la récupération visuelle totale intervient rarement avant le 4e jour. Une lentille pansement peut toutefois être posée pour réduire la douleur.
  • Par ailleurs, comme pour le Lasik, le patient peut avoir une sensibilité exacerbée aux contrastes. Des halos et éblouissements peuvent aussi perturber l’état oculaire.
  • Une cicatrisation excessive peut aussi intervenir si la myopie à corriger était très forte, et provoquer l’effet “haze”, et faire apparaître un voile sur la cornée. Le “haze” peut apparaître environ un mois après l’opération. Cette complication est devenue de plus en plus rare avec les lasers de dernière génération.

LES INTERVENTIONS PAR PRELEX

Le Prelex est une technique semblable à celle de la chirurgie de la cataracte. Le cristallin du patient est retiré lors de l’intervention et est remplacé par une lentille intraoculaire.

Les implants sont des lentilles souples. Ils peuvent être monofocaux, ou multifocaux, et toriques ou non (c’est à dire qui corrigent l’astigmatisme).

Les implants permettent de libérer le patient de sa dépendance aux lunettes en vision de loin, en vision intermédiaire et vision de près, et donc d’obtenir une indépendance en lunettes dans 80 à 90% des activités quotidiennes.

Les interventions sont en général réalisées sur les deux yeux, à une ou deux semaines d’intervalles.

Utilisation et avantages des interventions de type Prelex

  • Les interventions de type Prelex sont destinées plus particulièrement aux patients qui ont plus de 50 ans et qui souffrent de presbytie, surtout si celle-ci est accompagnée de troubles de la réfraction, tels que l’hypermétropie ou la myopie.
  • Elles permettent de libérer de la dépendance aux lunettes, à la fois pour la vision de loin, pour la vision intermédiaire et pour la vision de près. Il s’agit d’une solution permanente.

Contre-indications

  • Les interventions sur le cristallin clair sont rarement menées sur des patients de moins de 50 ans.
  • Par ailleurs, ces interventions sont contre-indiquées en cas deglaucome, diabète, DMLA ou toute pathologie rétinienne, toute pathologie oculaire ou neurologique pouvant rendre la neuroadaptation difficile.

Complications possibles

  • Les complications possibles sont très rares et sont la plupart du temps temporaires.
  • Ainsi, la vision peut être floue jusqu’à 48 heures après l’intervention, et des sensations de démangeaison à l’oeil peuvent intervenir à cause des collyres utilisés et de la cicatrisation.
  • Des infections peuvent aussi survenir dans de très rares cas.
  • Il est aussi possible que des imperfections de correction arrivent, ou qu’une rupture du sac capsulaire intervienne (support de l’implant obligeant à modifier la stratégie thérapeutique). 

LES INTERVENTIONS PAR ICL

Contrairement aux interventions par Prelex, les interventions ICL (Implantable Collamer Lens), aussi appelées implants phakes, ne nécessitent pas de retrait du cristallin.

Il s’agit donc d’implanter une lentille en collamer (polymère contenant une petite quantité de collagène) à l’intérieur de l’oeil, entre l’iris et le cristallin.

Ces implants sont parfaitement tolérés, et peuvent être retirés par une autre intervention si nécessaire. Cette technique est pratiquée avec succès depuis les années 90, ne fragilise pas la cornée et préserve la qualité de la vision.

Utilisation et avantages du ICL

  • Les interventions par ICL sont particulièrement indiquées pour les patients qui souffrent de myopie forte ou d’hypermétropie forte.
  • Elles permettent aussi de proposer une alternative chirurgicale aux patients qui ne peuvent pas être traités par Lasik, et sont surtout destinées aux patients de moins de 45 ans.
  • Les ICL présentent aussi l’avantage d’être réversibles, c’est à dire que l’on peut retirer ces lentilles si nécessaire.

Contre-indications

  • Les contre-indications des implants ICL sont liées à la densité cellulaire endothéliale (c’est à dire le nombre de cellules de l’endothélium), qui ne doit pas être inférieure à 2000 cellules.
  • La profondeur de la chambre dans laquelle sont insérés les implants doit être supérieure à 2.8mm pour les myopes et à 3mm pour les hypermé
  • L’âge peut aussi être un facteur, car il est souvent préférable de ne pas poser d’implants phakes après 50 ans, sauf cas particulier.

Complications possibles

  • Les complications possibles sont extrêmement rares si l’évaluation pré-opératoire a bien été réalisée, et si le suivi post-opératoire est fait annuellement.
  • Le patient pourra potentiellement voir des halos ou avoir des éblouissements et une consultation médicale pourra être nécessaire pour en déterminer la cause.
  • Une cataracte peut apparaître dans de très rares cas, ainsi qu’une perte de cellules endothé
  • Une hypertension oculaire peut aussi survenir, mais les dernières générations d’implants sont faites de manière à éviter cela.

SUIVI PATIENT

QUESTIONS FRÉQUENTES

Qu’est-ce que la chirurgie réfractive ? 

La chirurgie réfractive est l’ensemble des interventions ophtalmologiques permettant de corriger la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie.

Quel est le type d’anesthésie utilisée ? 

Il s’agit d’une chirurgie ambulatoire sous anesthésie locale sauf les ICL qui ont lieu sous anesthésie générale.

Quels sont les tarifs d’une opérations de chirurgie réfractive par ICL ou PRELEX ?

Les interventions ICL ou Prelex peuvent coûter entre 3000 et 4000 euros tout compris, en fonction du type d’implant choisi.

Un remboursement partiel par votre mutuelle est possible en fonction de votre couverture, et un devis vous sera remis dans ce sens.

Quels sont les tarifs d’une intervention par PKR (PHOTOKÉRATECTOMIE RÉFRACTIVE) ?

 Les interventions par PKR coûtent 2100€ tout compris.

Un remboursement partiel par votre mutuelle est possible en fonction de votre couverture, et un devis vous sera remis dans ce sens.

Quels sont les tarifs d’une intervention par LASIK ? 

Les interventions Lasik coûtent 2698€ tout compris.

Un remboursement partiel par votre mutuelle est possible en fonction de votre couverture, et un devis vous sera remis dans ce sens.

Est – ce que les deux yeux sont opérés en même temps ? 

  • Les deux yeux sont opérés en même temps dans le cadre des interventions LASIK et PKR ;
  • Pour les interventions ICL et PRELEX, les deux yeux sont traités en deux temps différents. 

Quelles sont les principales complications possibles ? 

Les complications de la chirurgie réfractive  sont rares mais peuvent consister principalement en : 

  • des effets photiques en condition scotopique ou mésopique ;
  • des infections ;
  • une sécheresse oculaire ;
  • une imperfection de correction ;
  • des problèmes lors de la découpe du capot pour le LASIK ;
  • une cataracte induite pour les ICL ;

Quand peut-on reprendre le travail ? 

2 à 3 jours de congés sont généralement nécessaires, en fonction du métier du patient.

Quel que soit le type de chirurgie, il n’y a pas d’arrêt de travail car il s ‘agit de chirurgie de confort et le patient doit donc poser des jours de congé.

La chirurgie réfractive est-elle douloureuse ? 

Le post-opératoire n’est pas douloureux pour les interventions réalisées avec les techniques suivantes : PRELEX, ICL et LASIK ;

Les interventions de type PKR peuvent être douloureuses pendant 24h à 48h, mais cette douleur est fortement atténuée par la mise en place d’une lentille pansement à la fin du bloc opératoire.

 

Pour d’autres renseignements sur le sujet, vous pouvez téléchargez la fiche de consentement éditée par la SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’OPHTALMOLOGIE. Il est indispensable de la lire avant l’opération et de la remettre au chirurgien SIGNÉE :  FICHE SFO – CHIRURGIE REFRACTIVE – LASER

Recommandations essentiellesCOVID 19
+