Autres pathologies rétiniennes

Qu'est-ce que c'est ?

Ce sont des pathologies courantes, après la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la rétinopathie diabétique et les occlusions veineuses rétiniennes.

Les patients symptomatiques de ces pathologies rétiniennes décrivent souvent une vision qui devient brutalement floue et assombrie, associée à des micropsies (objets plus petits qu’ils ne sont), à un scotome paracentral, ou une altération de la vision des couleurs.

CRSC

DÉFINITION

CRSC autrement dit la CHORIORETINITE SEREUSE CENTRALE est une maladie caractérisée par l’accumulation de liquide sous la rétine.

Le liquide se concentre principalement sous la macula (entre la macula et la paroi de l’œil). C’est une affection fréquente qui touche surtout l’homme jeune, dans 90% des cas entre 30 et 50 ans.

Elle guérie le plus souvent spontanément en quelques mois mais peut nécessiter un traitement laser dans le cas d’une persistance de liquide sous la rétine.

CAUSES

Le liquide dans la CRSC provient d’une fuite liquidienne ou « point de fuite » originaire des vaisseaux sanguins de la choroïde.

Elle est repérée lors d’un examen complémentaire : l’angiographie à la fluoresceine.

Cette fuite liquidienne peut être favorisée par le stress d’où le surnom de cette affection : « la maladie des cadres stressés. ». Elle peut également être provoquée par la prise de corticoïdes.

SYMPTÔMES

La CRSC se manifeste par la sensation d’une tache sombre ou jaune centrale mais sans chute profonde de la vision qui reste le plus souvent supérieure à 5/10eme. Il existe également fréquemment une sensation de vision déformée (métamorphopsie).

Touche le plus souvent 1 seul œil (80%).

EXAMENS NÉCESSAIRES AU DIAGNOSTIC

Son diagnostic repose sur l’examen du fond d’œil avec l’aide de lentilles à fort grossissement

On constate une zone de soulèvement rétinien translucide ronde ou ovalaire.

On effectue également des photographies couleurs du fond d’œil et un examen OCT de la macula permettant de vérifier l’importance de la bulle et la présence d’autres signes souvent associés comme des zones de soulèvement de l’épithélium pigmentaire.

Une angiographie à la fluoresceine est effectuée pour confirmer le diagnostic. Elle permet de localiser le ou les points de fuites à l’origine de la bulle liquidienne et élimine les autre causes de soulèvement rétinien.

TRAITEMENTS ADAPTÉS

  • SURVEILLANCE :

La plupart des épisodes sont spontanément régressifs en 3 à 4 mois. La surveillance est souvent la règle en cas de première poussée.

  • LA PHOTOCOAGULATION LASER DU POINT DE FUITE

En cas de persistance du liquide après 3 mois ou de gêne fonctionnelle importante, le traitement laser est discuté.

L’objectif est de tarir le point de fuite.

Le traitement utilise de façon précise les données fournies par l’angiographie pour cibler le point de fuite

  • LA PHOTOTHERAPIE DYNAMIQUE :

Il est utilisé si le point de fuite est trop près du centre de la macula, si la photocoagulation laser n’a pas été efficace ou si la fuite n’a pas pu être repérée par l’angiographie.

Le principe est d’effectuer une perfusion d’une molécule photo sensibilisante (la vertéporphine) avant de pratiquer le laser. Il est ensuite nécessaire de se protéger du soleil pendant 48heures (vous trouverez plus de détails dans la rubrique LASER).

En cas d’efficacité insuffisante, une nouvelle séance de laser peut être pratiquée 3mois plus tard.

Résultat du traitement : 

On obtient disparition du liquide sous rétinien et une normalisation de l’acuité visuelle dans la plupart des cas en 1 à 3 mois.

QUESTIONS FRÉQUENTES

Est-ce que le traitement fait mal ? NON Les lasers sont indolores

Quand vais-je revoir correctement ? UN MOIS A TROIS MOIS

Après résorption de la bulle de liquide sous rétinienne qui se produit en 1 mois après laser ou en 3-4 mois en cas de résorption spontanée.

Quand dois-je revoir en contrôle mon ophtalmologiste? UN MOIS, 3 MOIS et 6 MOIS

LES UVÉITES

DÉFINITION

Il s’agit de l’inflammation d’une partie ou de la totalité de l’uvée.

L’uvée correspond à l’iris , le corps ciliaire et la choroïde.

Les uvéites sont donc classées en fonction de leur localisation en :

  • Uvéite antérieure lorsque l’inflammation touche l’iris ou le corps ciliaire et prédomine dans la chambre antérieure de l’œil. C’est la forme la plus fréquente.
  • Uvéite intermédiaire : l’inflammation est localisée dans le corps vitré
  • Uvéite postérieure : l’inflammation touche la choroïde et la rétine adjacente.
  • Pan uvéite : rassemble les 3 formes précédentes

CAUSES

Elles sont très diverses. Dans près de la moitié des cas la cause n’est pas retrouvée malgré le bilan.

Une uvéite peut être révélatrice d’une maladie survenant dans d’autres parties du corps.

On distingue les causes infectieuses comme la toxoplasmose, l’herpes , le zona , la tuberculose , la syphilis pour citer les plus fréquentes et les causes non infectieuses comme la polyarthrite rhumatoïde , la spondylarthrite ankylosante , le lupus, la sarcoidose , la maladie de Behcet…

SYMPTÔMES

L’uvéite antérieure se manifeste le plus souvent par une photophobie (intolérance à la lumière), une rougeur et des douleurs oculaires. Il existe une baisse de vision plus ou moins prononcée.

L’uvéite intermédiaire et postérieure s’accompagne de perception de corps flottants (myodésopsies), de sensation de vision déformée (métamorphopsies) et d’une baisse de vision plus ou moins importante.

L’uvéite peut survenir brutalement ou de façon chronique. Elle peut toucher 1 ou les 2 yeux. Les récidives sont fréquentes.

EXAMENS NÉCESSAIRES AU DIAGNOSTIC

Il est fait par l’ophtalmologiste après un interrogatoire et examen clinique complet des 2 yeux (lampe à fente, fond d’œil, OCT).

L’examen est complété par des examens biologiques et radiologiques à la recherche d’une cause.

Une Angiographie rétinienne peut être également pratiquée. 

TRAITEMENTS ADAPTÉS

Il dépend du type d’uvéite et de sa cause.

Il repose sur des traitements antiinflammatoires (corticoïdes principalement) en collyre ou par voie générale (injections, comprimés).

Dans certaines formes, un traitement immunosuppresseur peut s’avérer nécessaire.

Du fait des récidives fréquentes, une surveillance ophtalmologique régulière doit par la suite être initiée.

Pour d’autres renseignements sur le sujet, vous pouvez téléchargez la fiche de consentement éditée par la SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’OPHTALMOLOGIE. Il est indispensable de la lire avant l’opération et de la remettre au chirurgien SIGNÉE : FICHES SUR LE SUJET 

Recommandations essentiellesCOVID 19
+